L'UNFPA en Guinée-Bissau

UNFPA est l’Agence des Nations Unies pour la Santé et les Droits Reproductifs et génésiques, garantissant des droits en matière de procréation pour tous. Depuis 1979, l’UNFPA soutient le Gouvernement bissau-guinéen dans la mise en œuvre d'interventions humanitaires et de développement qui garantissent l'accès universel à la santé sexuelle et reproductive, promeuvent les droits reproductifs, réduisent la mortalité maternelle, favorisent l'égalité des sexes et accélèrent la réalisation de la déclaration de la CIPD. Le programme pays actuel de l'UNFPA Guinée-Bissau - CP6 (2016-2020) est aligné sur les priorités nationales décrites dans le plan stratégique et opérationnel «Terra Ranka» 2015-2020, soutient la réalisation des objectifs de développement durable, le Programme d'action de la CIPD et est conforme au nouveau plan stratégique et au nouveau cadre de résultats de l’UNFPA (2018-2021). L’UNFPA Guinée-Bissau contribue au Cadre d'aide au partenariat des Nations Unies 2016-2020 signé entre le Gouvernement de la Guinée-Bissau et le système des Nations Unies en avril 2016. Le FNUAP n'a qu'un seul bureau à Bissau, la capitale.

Depuis son indépendance en 1974, la Guinée-Bissau a connu une instabilité chronique, des conflits armés et des problèmes socio-économiques jusqu'en 2012, ce qui a affaibli sa capacité institutionnelle à l'échelle nationale. Après les élections présidentielles et législatives de 2014, le pays a connu une reprise positive, qui a débouché sur l'élaboration du plan stratégique et opérationnel 2015-2020, ou Terra Ranka, présenté lors d'une table ronde des donateurs tenue à Bruxelles le 25 mars 2015. Malheureusement, à une nouvelle instabilité politique récurrente, le pays a eu 6 gouvernements consécutifs depuis août 2015, dont le sixième date du Avril 2018.

La population estimée du pays en 2014 était de 1,5 million (52 pour cent de femmes, 32 pour cent de 10-24 ans). En 2011, le taux de croissance était de 2,4% et l'indice synthétique de fécondité était de cinq enfants par femme. La mortalité maternelle reste élevée (900 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2014, selon MICS 2014). Les naissances assistées par du personnel de santé qualifié restent faibles (45% en 2014). La lenteur de l'amélioration de la santé maternelle, sexuelle et reproductive est attribuée à l'insuffisance des infrastructures, des fournitures et de l'équipement; ressources humaines qualifiées limitées; le manque de produits de santé reproductive/génésique disponibles; et un accès limité à des services complets de soins obstétriques et néonatals d'urgence. Cela explique également les nombreux cas de fistule obstétricale et l'absence de dépistage systématique du cancer du col de l'utérus, qui est prévalent chez les femmes. Le taux de prévalence contraceptive moderne reste faible (14% en 2014), avec un besoin non satisfait de planification familiale de 22%. Les barrières socioculturelles contribuent à la faible demande de méthodes contraceptives modernes. Le taux de prévalence du VIH était de 3,7% chez les adultes de 15 à 49 ans en 2013 (1,3% chez les jeunes de 15-24 ans), les jeunes femmes étant près de deux fois plus susceptibles d'être séropositives que les jeunes hommes. Les taux de prévalence les plus élevés ont été observés chez les travailleurs du sexe et les femmes enceintes, à 8,9% et 5,0% respectivement. La fécondité des adolescentes est élevée (137 pour 1 000 femmes), aggravée par l'accès limité à des services de santé reproductive adaptés aux jeunes.

Notre mission en Guinée-Bissau est de: - Mettre fin au besoin non satisfait de planification familiale, - Mettre fin à la mortalité maternelle, et - Mettre fin à la violence et aux pratiques préjudiciables contre les femmes et les filles. Pour atteindre ces objectifs en Guinée-Bissau, l’UNFPA se concentre sur l’offre de soins de santé reproductive (SR) de qualité, y compris la planification familiale; l’accouchement assisté; les soins obstétriques et néonatals d'urgence; la prévention et le traitement de la fistule obstétricale; la Santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes; le renforcement des capacités des ressources humaines pour la santé; la prévention et réponse à la violence sexuelle et sexiste; la prévention et traitement des infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH-sida; l’approvisionnement en produits essentiels de santé reproductive, y compris les contraceptifs, les médicaments qui sauvent la vie de la femme avant, durant et après l’accouchement, les préservatifs; et le renforcement du système de santé, y compris l'amélioration de l'accessibilité géographique grâce à la construction / réhabilitation de 6 établissements de santé, dont certains ont été fermés pendant 19 ans. L'UNFPA aide également le gouvernement de la Guinée-Bissau à organiser ses recensements de la population et de l’habitat afin de produire des données précises pour la formulation des politiques et des programmes fiables, et insiste sur l'engagement des jeunes et des femmes à promouvoir les droits reproductifs et le développement durable. L’UNFPA préconise et fournit un appui technique pour la mise en œuvre de la stratégie statistique nationale et l'exécution d'études pertinentes en vue de l'élaboration de politiques appropriées pour exploiter le dividende démographique dans le pays. L’UNFPA a contribué à la réalisation et à la diffusion des résultats du recensement de Guinée-Bissau de 2009 et a commencé à préparer le prochain recensement de 2019.

In the area of FGM, a harmful practice that affects 44,9% of women of Guinea-Bissau, UNFPA uses an innovative multidisciplinary approach involving different implementing partners (Government institutions, CSOs, NGOs and faith based organizations) to combating the practice in the country.

Dans le domaine de la Mutilation Génitale Féminine (MGF), une pratique néfaste qui touche 44,9% des femmes de Guinée-Bissau, l'UNFPA utilise une approche multidisciplinaire innovante impliquant différents partenaires d'exécution (institutions gouvernementales, société civile, ONG et organisations confessionnelles) pour lutter contre la pratique dans le pays.